Représentations des handicaps dans les médias : insuffisante mais en progrès

Les personnes handicapées sont très peu visibles dans les médias, souvent de façon stéréotypée ou réduite à leur handicap. Dans bien des cas, ce qui est dit ou dépeint est éloigné de la réalité quotidienne. Mais, notamment grâce aux sports paralympiques, des évolutions sensibles sont perceptibles ces dernières années. Les médias osent davantage présenter et représenter les personnes handicapées, notamment dans les fictions audiovisuelles. Ils y sont encouragés par des initiatives des pouvoirs publics.

Les constats du CSA

La société française compte plus de 12 millions de personnes vivant avec un handicap, ce qui représente 18 % de l’ensemble de la population. Mais leur visibilité dans les médias est quasi inexistante. Depuis plus de 10 ans, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) mesure la représentation du handicap dans les médias audiovisuels. Le constat est sans appel : cette représentation est très marginale. En 2019, selon le dernier bilan du « baromètre de la diversité » du CSA, seulement 0,7 % des personnes présentées à la télévision sont perçues comme handicapées. Un chiffre qui reste quasiment constant d’année en année (1).

De surcroît, les représentations des handicaps ne sont pas représentatives de la réalité. Ainsi, toujours selon le CSA, le handicap moteur représente 54 % des handicaps perçus à l’écran en 2019 alors que « seules » 7 % des personnes handicapées présentent une mobilité réduite. Pour la très grande majorité (80 %) de celles et ceux qui vivent avec un handicap, ce dernier est invisible. Une situation dont les médias rendent très peu compte (1).

Enfin, la façon dont les médias présentent les handicaps n’est pas toujours juste et appropriée. Le CSA indique ainsi dans son rapport avoir « relevé à plusieurs reprises, au cours de ces dernières années, l’emploi de mots ou d’expression, empruntés aux situations de handicap, utilisés maladroitement et à mauvais escient dans les médias audiovisuels, pouvant conduire à véhiculer des préjugés sur le handicap et/ou à blesser les personnes handicapées » (1).

Comment expliquer cette sous-représentation des handicaps dans les médias ?

Une fois le constat établi, reste à comprendre les raisons de cette quasi-absence des personnes handicapées dans les médias. « Les médias sont le reflet de notre société, explique Vincent Lochmann, membre du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapés (CNCPH) en tant que personne qualifiée. Comme les personnes handicapées sont peu visibles dans la société actuelle, elles ne le sont pas plus dans les médias. De plus, ceux-ci ont tendance à penser que le handicap est un sujet anxiogène, qui n’intéresse qu’une minorité de la population, et donc qui ne fait peu ou pas d’audience. Comme les médias ont avant tout besoin d’être lus ou vus, ils sont souvent réticents à aborder les questions du handicap ».

Quant à la prédominance de la représentation du handicap moteur, elle s’explique aisément selon Vincent Lochmann : « ce type de handicap est généralement associé à des valeurs positives, telles que le dépassement de soi ou la réussite, notamment sur le plan sportif. À l’inverse, les handicaps intellectuels ou psychiques se voient généralement attribués des valeurs plutôt négatives comme des problématiques sociales, des difficultés d’insertion, voire la violence. Ces différences de représentations sont très marquées. »

À cela s’ajoute le fait qu’il est plus aisé de représenter une personne vivant avec un handicap visible qu’une autre atteinte d’un handicap non immédiatement perceptible. Un fauteuil roulant est plus « parlant » qu’un trouble cognitif, par exemple.

Des progrès malgré tout

La représentation des personnes vivant avec un handicap dans les médias est donc loin d’être exemplaire. Mais il existe des raisons d’espérer, compte tenu des progrès tangibles observés ces dernières années. Les évolutions ont été notables dans le sport. La retransmission en direct d’une partie des Jeux paralympiques de Rio en 2016 par France Télévision a fait de bons scores d’audience : 13,6 millions de Français ayant suivi au moins un quart d’heure d’épreuve. Les audiences des Jeux paralympiques d’été et d’hiver qui ont suivi ont été équivalentes (2,3).

Certains exploits sportifs ont été par ailleurs bien médiatisés, comme la traversée de la Manche en 2010 par Philippe Croizon, amputé des 4 membres, ou plus récemment les médailles paralympiques et les titres de championne du monde en snowboard de Cécile Hernandez-Cervellon, atteinte d’une sclérose en plaques. Ces sportifs de haut niveau intéressent facilement les médias et permettent d’assurer une meilleure visibilité des personnes handicapées (4,5).

En dehors de ces « héros » sportifs, c’est du côté de la fiction audiovisuelle que des progrès sont à noter. Les succès de plusieurs films de cinéma mettant en scène des personnes handicapées, tels que « Intouchables » en 2011 (près de 20 millions d’entrées), « De rouille et d’os » l’année suivante ou « La famille Bélier » en 2014, ont sans doute incité les chaînes de télévision à intégrer le handicap dans leurs productions. La série policière « Caïn » dont le personnage principal est en fauteuil roulant, la mini-série « Mention particulière » sur une jeune femme trisomique qui passe son bac, ou encore la web-série « Mental » sur des adolescents pensionnaires d’un service de pédopsychiatrie sont des exemples jugés souvent réussis de fictions montrant le handicap dans sa réalité ordinaire (7,8,9).

Les initiatives des pouvoirs publics

Face à une représentation des personnes handicapées dans les médias en progrès mais encore insuffisante, les pouvoirs publics ont pris des initiatives visant à accélérer le mouvement. En décembre 2019, le CSA a rédigé une Charte relative à la représentation des personnes handicapées et du handicap dans les médias audiovisuels. Cette charte a été signée par les principaux groupes audiovisuels, le Comité national consultatif des personnes handicapées et les ministères chargés des personnes handicapées et de la culture (10,11).

En signant cette charte, les acteurs de l’audiovisuel se sont notamment engagés à « valoriser les parcours individuels des personnes handicapées dans leur diversité ; donner la parole aux personnes handicapées pour parler d’autres sujets que leur handicap ; présenter le handicap de façon positive et inclusive, et pas seulement compassionnelle » (10).

Comme le prévoit la Charte, un comité de rédaction Handicap a été officiellement mis en place en décembre 2020. Ce comité est chargé d’accompagner les médias audiovisuels pour les aider « à mieux identifier les attentes des personnes handicapées et de leurs proches, notamment dans l’usage des mots justes ». Il proposera notamment un lexique mis à la disposition des médias (11).

Membre du comité de rédaction Handicap, Vincent Lochmann estime que ces initiatives vont dans le bon sens. « J’espère qu’elles vont contribuer à ce que l’ensemble des personnes handicapées sortent du trou noir de la visibilité », conclut-il.

Sources bibliographiques

1. La représentation du handicap à l’antenne et l’accessibilité des programmes de télévision aux personnes handicapées. Bilan 2019 & Actions 2020. Les collections CSA. Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Juillet 2020.
2. Audiences télé : les Jeux paralympiques font moins bien que les JO. Le Point. 19 septembre 2016.
3. Un Français sur quatre a regardé les Jeux paralympiques à la télé. Faire-face.fr. 20 mars 2018.
4. Philippe Croizon. Wikipédia.
5. Cécille Hernandez-Cervellon. Wikipédia.
6. Intouchables (film). Wikipédia.
7. Caïn (série télévisée). Wikipédia.
8. Mention particulière. Wikipédia.
9. Mental (wen-série). Wikipédia.
10. Charte relative à la représentation des personnes handicapées et du handicap dans les médias audioviosuels. Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. 3 décembre 2019.
11. Représentation du handicap dans les médias : mise en place du comité de rédaction Handicap. Communiqué de presse. Secrétariat chargé des personnes handicapées, CSA. 3 décembre 2020.

Publié le : 27/05/2021

Restez informé

Chaque mois, un compte rendu
de l’actu Sep-Ensemble dans votre boite mail.