Comprendre la SEP

« Le système nerveux central (SNC)
est l’ensemble formé par le cerveau… »

Comprendre la SEP

« Le système nerveux central (SNC) est l’ensemble formé par le cerveau… »

Aidants - Définition

« Quel que soit le nom
qu'on leur attribue… »

 

 

Mes trucs anti-blues

Pas toujours facile de vivre avec une sclérose en plaques. Pour vous aider à garder le moral, voici les cinq conseils anti-blues que je mets en pratique au quotidien.

1. Appeler une amie

Option « number one », et sans doute la plus difficile à faire car quand on ne va pas bien, on n'a qu'une envie, se mettre sous la couette et ne parler à personne… Or c'est justement en parlant à quelqu'un que l'on pense à autre chose qu'à son blues. Et mes amis proches savent me rappeler tout ce que je fais déjà en dépit de ma maladie, tous les éléments positifs qu'il y a dans ma vie, ce que je ne vois plus quand je déprime.

Mais appeler requiert un minimum d'énergie, ce que l'on n'a pas toujours : une autre possibilité est donc d'écrire une liste de tous ces éléments positifs, et de la ressortir quand le coup de blues est là.

2. Méditer

La méditation permet de prendre conscience de ses états d'âme, de tout ce qui agite notre cœur et perturbe notre sérénité. Parfois, je préfère l'auto-hypnose, ou la relaxation, par exemple la sophrologie, qui est une invitation au voyage. Cela dépend des périodes mais il faut savoir qu'une pratique régulière est nécessaire quand tout va bien, afin d'apprendre la technique et d'être capable d'y faire appel quand ça ne va plus.

3. Prendre un bain, se faire masser, se balader

Il y a différentes petites choses anodines qui me font du bien et prendre un bain est sans doute l'une de celles que je préfère.

  • L'eau me détend, je me relaxe et je n'hésite plus à me prélasser dans mon bain un samedi après-midi si le cœur m'en dit !
  • J'adore aussi me faire masser, je sais que dans ces cas-là, je déconnecte complètement et je m'oublie dans les sensations.
  • Être au contact de la nature peut aussi m'insuffler un peu de force ou m'apaiser, même si je ne trouve pas toujours l'énergie pour sortir.

4. Ecrire

Mettre des mots sur les maux m'a toujours soulagée. En mettant les choses noir sur blanc, je prends du recul, je couche ma souffrance ou mes frustrations sur le papier et je relativise… Soit je n'écris que pour moi, soit j'envoie une bouteille à la mer en écrivant un email à un ami proche, qui arrive à trouver les mots pour me réconforter. Je n'y arrivais pas du tout au début puis je me suis forcée à m'ouvrir un peu aux autres quand cela n'allait pas : nos proches sont aussi là pour nous soutenir, j'ai fini par le comprendre.

5. Regarder une comédie sentimentale avec un grand pot de glace…

Quand rien de tout cela ne fonctionne, alors j'accepte mon coup de blues et je me console avec un grand pot de glace en regardant une vieille comédie sentimentale, comme Quand Harry rencontre Sally, Bridget Jones ou You've got a mail!. Je sombre dans la régression avec des bonbons, et cela me fait un bien fou. J'essaie de me dire que demain est un autre jour, que les coups de blues finissent toujours par passer et qu'après une bonne nuit de sommeil, je verrai les choses différemment. Et c'est toujours comme cela que ça se passe : sur le moment, c'est très pénible mais je finis toujours par rebondir. Il suffit de s'en souvenir...

Et vous, avez-vous des trucs anti-blues ?

Publié le : 12/12/2014 Mis à jour le : 29/03/2018

Restez informé

Chaque mois, un compte rendu
de l’actu Sep-Ensemble dans votre boite mail.