Comprendre la SEP

« Le système nerveux central (SNC)
est l’ensemble formé par le cerveau… »

Comprendre la SEP

« Le système nerveux central (SNC) est l’ensemble formé par le cerveau… »

Aidants - Définition

« Quel que soit le nom
qu'on leur attribue… »

 

 

La rééducation de l'équilibre
en pratique

Interview de Benjamin, un des patients experts, qui a des troubles de l'équilibre depuis 1 an.

Benjamin suit une rééducation vestibulaire et nous en explique les bienfaits.

Depuis quand souffres-tu de troubles de l'équilibre ?

J'ai des troubles sérieux depuis 1 an, je perds l'équilibre sans prévenir, je pars en avant ou sur les côtés, ça arrive dès que je suis débout… Si je ne suis pas en fauteuil, je fais 10 ou 20 mètres mais je dois m'appuyer sur les meubles. Les phénomènes s'accentuent quand je suis dans le noir.

Quand as-tu commencé la kiné ?

J'ai commencé la kinésithérapie vestibulaire à ce moment-là. Un ORL m'a dit que les troubles de l'oreille interne n'étaient pas liés à la SEP et m'a conseillé de la kinésithérapie vestibulaire.

Que t'apporte cette rééducation ?

J'ai trouvé cela révolutionnaire. La nuit si je dois aller aux toilettes, je suis dans la pénombre et avant, je tombais. Aujourd'hui, depuis que je travaille avec la kiné, mon équilibre s'est amélioré et je ne tombe plus – je peux sortir seul de mon lit grâce à une barre et traverser ma chambre. Je vais donc mieux, je tiens debout quelques minutes.

Comment se passe une séance ?

J'y vais une fois tous les quinze jours. La séance dure 30 minutes et je travaille l'équilibre de différentes façons. Ma kinésithérapeute a une sorte de trampoline, entouré par une sorte de rambarde protégée de mousse. Et il est réglé pour s'incliner faiblement, dans différentes positions. Dans un premier temps, je le fais les yeux ouverts dans une pièce éclairée. Je dois me concentrer pour maintenir mon équilibre. Je fais ensuite le même exercice dans le noir. Je fais également la même chose sur une plaque de mousse, qui rend le sol plus instable et je dois essayer de rester droit le plus longtemps possible.

Ensuite, des images sont diffusées sur un mur à grande vitesse, toujours sur le trampoline, à l'arrêt, dans la pénombre.

C'est vraiment difficile, avec mon équilibre instable ! Lorsque j'arrive à le faire quelques minutes, je suis épuisé après… La durée des exercices est de 3 à 4 minutes et entre chaque exercice, je m'assois quelques minutes.

Autre exercice : j'ai un casque sur la tête, un rayon rouge sort du casque. Elle a un laser jaune, qu'elle projette sur le mur et moi je dois mettre mon point rouge sur son point jaune, en bougeant la tête.

Le ski m'a aidé à prendre conscience des progrès réalisés à l'aide de la kinésithérapie vestibulaire. Je fais du handiski et il y a un an, on me conseillait d'arrêter car je tombais beaucoup… Maintenant, grâce à la rééducation, j'ai vraiment retrouvé de l'équilibre, c'est frappant ! Je n'ai pas récupéré tout ce que j'avais perdu mais j'arrive à compenser.

En fais-tu régulièrement ou « par cure » ?

J'en fais en permanence. Au départ, j'y allais toutes les semaines durant quelques mois et désormais j'y vais en entretien toutes les 2 semaines.

La kinésithérapie vestibulaire, qu’est-ce que c’est ?

C'est une branche de la kinésithérapie peu connue parce qu'elle ne rééduque pas les muscles ou les articulations.

La rééducation vestibulaire consiste à utiliser la plasticité du système nerveux central, c’est-à-dire sa capacité à développer de nouvelles stratégies d’équilibration face à une atteinte du système vestibulaire périphérique. Parfois, il n’y a pas de déficit vestibulaire périphérique mais une altération de l’utilisation centrale des entrées issues de l’oreille interne.

Deux types de mécanismes sont mis en jeu : l’habituation qui diminue l’intensité de la réponse par répétition de la stimulation et l’adaptation qui aboutit à une réorganisation des circuits neuronaux, une recalibration du gain des réflexes vestibulo-oculaires ou vestibulo-spinaux, et une meilleure utilisation des « béquilles » visuelles et proprioceptives.

Pour ce faire, on fait appel à divers procédés d’habituation, de substitution ou d’illusion sensorielles grâce à un ensemble d’exercices physiques et/ou de manœuvres instrumentales utilisant fauteuil rotatoire, rampes d’oculo-motricité, générateurs de cibles optocinétiques, plate-formes de posturologie… D’après les données de la littérature, la durée moyenne d’un programme de rééducation vestibulaire s’étend de 4 à 10 semaines.

Retrouvez les expériences d'autres patients experts :

Publié le : 28/04/2017  Mis à jour le : 20/04/2018

Restez informé

Chaque mois, un compte rendu
de l’actu Sep-Ensemble dans votre boite mail.